Lille, Paris, Strasbourg, Lyon, Marseille, Toulouse, Bordeaux, Nantes, Nice, Toulon…  

Articles marqués avec ‘Livre’

troubles mentaux

Troubles mentaux ! Un ouvrage éclairant

Dans cet ouvrage Michel LEGOUINI traite des troubles mentaux et particulièrement des thèmes cliniques qui font le quotidien des soignants et accompagnants des secteurs sanitaire, médico-social et social.

Ces thèmes cliniques sont également des sujets fréquemment débattus en séances d’analyse des pratiques professionnelles.

*La maladie dépressive est saisie comme un affect trans-structural et phénomène universel affectant le corps d’un sujet perdu. C’est une pathologie de la perte chez la personne âgée confrontée à l’épreuve narcissique du vieillissement. Douleur de grandir de l’enfant et de l’adolescent en devenir dans son lien d’attachement.

*Les troubles psychiques dans les névroses sont produits par l’inconscient d’un sujet soumis au pouvoir des mots; tandis que les troubles mentaux dans les psychoses sont des phénomènes élémentaires hors sens surgis de l’inconscient à ciel ouvert d’un sujet soumis à des automatismes mentaux. 

*Les troubles de l’attachement affectif comme lien précoce à l’Autre primordial sont un défaut de constitution d’une base de sécurité affective. Cet angle de théorisation du lien social enrichit la réflexion clinique sur l’impact traumatique de la violence familiale, les troubles du désir humain et la conduite du lien transférentiel par les professionnels de la protection de l’enfant et de l’adulte très vulnérable.

* L’accompagnement médico-psychologique au quotidien de sujets très vulnérables en Maison d’Accueil  SpécialiséeMAS – affectés de troubles mentaux et de pathologies neurodégénératives s’inscrit dans une culture de soins et d’accompagnement spécifique. Elle a pour composantes, une exigence de qualité de soins constants de confort et une éthique de tolérance de l’étrange altérité.

*Le projet de vie personnalisé au quotidien dans les MAS exige une méthodologie d’élaboration rigoureuse. Cette méthodologie permet d’utiliser le projet de vie personnalisé comme un outil d’accompagnement, de management, de communication et de cadrage de  sa pratique professionnelle.

Cet ouvrage est à même de contribuer à l’amélioration des outils de soins et d’accompagnement psychologique de patients en grandes difficultés de vie par les soignants hospitaliers ou des accompagnants medico-sociaux, .

troubles mentaux

En savoir plus sur Michel LINGOUINI

dispositifs

Dispositifs d’analyse des pratiques et d’intervention en 220 Pages

Les auteurs de l’ouvrage « Dispositifs d’analyse des pratiques et d’intervention » viennent présenter pour vous, sur le Portail, leur ouvrage.

Approches théoriques et cliniques du concept de dispositif.

Ce livre fait le point sur le contexte actuel des analyses de pratiques professionnelles. Il a été coordonné par deux intervenants ayant une longue expérience dans ce domaine, aussi bien dans la construction du cadre d’analyse des pratiques que dans son application au sein d’institutions variées. Les contributions de ce livre reconnaissent le succès apparent de cette appellation « analyse des pratiques » mais en soulignent l’aspect trompeur : cette appellation est utilisée en effet dans des sens très différents. Raison pour laquelle les auteurs ont voulu recentrer l’approche sur la conceptualisation, la méthodologie, les objectifs de cette analyse des pratiques et son utilisation effective.

L’ouvrage s’intéresse aux glissements qui peuvent brouiller les repères : glissement thérapeutique où l’analyse des pratiques tend à devenir un dispositif thérapeutique individuel et collectif. On perd alors de vue la dimension formative essentielle de cette méthode comme aidant à la construction normale de l’identité professionnelle. L’autre glissement consiste à prescrire l’analyse des pratiques comme solution miracle à tous les problèmes, ce qui a pour effet néfaste d’effacer les places et les rôles, les hiérarchies et les fonctions dont la reconnaissance est essentielle à l’intelligence d’une institution.

L’analyse des pratiques ne produit pas seulement des effets individuels mais aussi collectifs. L’importance de plus en plus grande de la dimension institutionnelle dans laquelle s’exerce cette méthode oblige à considérer les concepts de dispositifs et d’intervention comme essentiels à la compréhension du cadre même de l’analyse des pratiques.

Les auteurs ont voulu montrer l’importance des questions à traiter en amont et au cœur même de la démarche d’analyse des pratiques : la dimension groupale de l’équipe de travail, son histoire, sa culture spécifique. Quelle sera la place de la hiérarchie dans cette analyse? D’où la nécessité d’associer au champ de l’analyse des pratiques, le champ de l’intervention.
Le concept de dispositif est central. Il est parfois conçu mécaniquement, comme un outil préfabriqué. Or il est sans cesse en construction, toujours à inventer en fonction des contextes et de la nature de la demande.

Un ouvrage coordonné par Jean Chami et Chantal Humbert
Paris, L’Harmattan, 2014

dispositifs

Dispositifs d’analyse des pratiques et d’intervention
de Jean Chami et Chantal Humbert

Livre – La posture du superviseur

Supervision, analyse des pratiques, régulation d’équipes…

sous la Direction de Joseph Rouzel – Eres, 2017

J’ai apprécié ce livre, confrontation de points de vue de quatorze superviseurs, en majorité psychana-lystes. C’est une vraie gageure que de se trouver dans la position de travailler au grand jour des éléments transférentiels et contre-transférentiels appartenant au secret des séances de supervision, que ce soit dans ce livre ou lorsque l’on forme des superviseurs ou intervenants en analyse de pratiques. Et ce, dans le respect de la confidentialité.

C’est une gageure et cela me paraît la seule manière d’opérer pour transmettre et rendre compte de notre travail, à partir du moment où la supervision est avant tout un espace. Un espace psychique transférentiel où des professionnels pris dans le fonctionnement institutionnel et dans le mode psychique des personnes qu’ils accompagnent, leurs clivages, dénis et conflits, peuvent se dégager des émotions enkystées qui les engluent et, déplaçant ainsi le transfert, peuvent « mettre leurs forces vives au service » de ces personnes en souffrance, absentes de la séance (Joseph Rouzel). Le temps de supervision est avant tout le temps où chacun peut exprimer ce qui le situe dans son rapport à une autre personne accompagnée, en relation avec le groupe, groupe des autres professionnels, groupe des autres personnes accueillies.

Dans cet espace « peut se déployer une parole qui ne concerne pas leur seule pratique mais vient mettre en jeu tout ce qui, de leur subjectivité personnelle et groupale, interfère avec leur action » (Claude Allione) Etant entendu que dans le cadre de l’intervention, bien explicité à la Direction et à l’équipe, figure expres-sément le fait qu’on travaille à partir de la part professionnelle de la personnalité.

Pour être superviseur il ne suffit pas de pouvoir repérer, vivre et utiliser les transferts, il faut une solide expérience des groupes et de l’institution. Et chacun des auteurs, à sa manière, nous raconte comment il travaille, comment il assure la consistance et la légitimité de cette place et de cet espace spécifiques. Qu’est-ce pour lui de tenir cette posture, et quels effets cela a-t-il sur le groupe de professionnels ?

Les trois temps de la séance de supervision sont évoqués par plusieurs. Plusieurs vignettes cliniques savoureuses montrent le bienfondé du choix de ne pas interrompre et de ne pas laisser interrompre le temps de l’exposition.

La discrétion du superviseur est de mise ; de par la massivité des symptômes qui se rejouent sur la scène de la supervision, son engagement et sa prise de risque sont tout autant nécessaires, afin que sa place opère en guise de « cellule de désenvoutement. » La pertinence de telle ou telle intervention du supervi-seur, de son dire, susceptible de faire acte, et permettant « cette fabrique de paroles » dans l’institution, est examinée à travers des vignettes cliniques vivantes, d’un point de vue éthique et depuis le contre-transfert du superviseur. (Claude Sibony, Jacques Cabassut). L’incidence du désir du superviseur sur l’éthique de la supervision est questionnée.

Le seul support sur lequel puisse s’appuyer le superviseur par rapport aux contenus imprévisibles et contaminés qui émergent en séance, c’est sa posture. Etymologiquement le mot posture, au-delà de la signification morale ou psychique, condense plusieurs sens : il interroge le lieu et la place quand il s’agit de poser et de déposer (positus, participe passé de ponere). Il renvoie à la perte (autre sens de ponere : pondre ; quelque chose est déposé, qui vient du corps et n’y retournera pas), à la coupure, « à la capacité à en soutenir les effets sans mascarade ». (Isabelle Pignolet de Fresnes).
Car parler de la posture du superviseur conduit nécessairement à parler d’imposture, et réciproquement. Comment savoir quand nous nous sentons un imposteur – sentiment fréquent chez le superviseur – si nous le sommes? Un superviseur imposteur, qu’est-ce que ce serait ? Ce thème court au long du livre.

Les butées et limites de la supervision sont questionnées. L’un des auteurs nous montre l’annonce dans l’analyse de la demande d’un conflit institutionnel violent dont le superviseur est un révélateur de plus. L’auteur nous montre très précisément comment le transfert négatif envers le superviseur qui occupait la place d’un autre trop menaçant a entravé toutes ses tentatives de mise au travail. N’était-ce pas plutôt d’ailleurs un transfert du négatif ? La question est alors de comment supporter d’être ce mauvais objet sans s’y croire. (Isabelle Piekarski). Elle nous raconte comment dans l’après coup elle a pu faire le lien avec ce qui c’était rejoué pour elle de son histoire dans la rencontre avec cette équipe. Il y a des possibilités de re-questionner la pertinence du dispositif en cours de supervision, voire d’émettre une autre proposition.

Par ailleurs, le travail de supervision doit pouvoir être repris, autrement, dans d’autres instances institu-tionnelles, sous peine de risquer de rester lettre morte.
C’est ainsi qu’Agnès Benedetti nous raconte pour notre bonheur les répercussions positives de l’écriture à partir des situations exposées en séances d’analyse de pratiques, suite à la demande en séance d’un participant. Ces séances ont restitué aux professionnels une capacité de rêverie éteinte, contraignant l’ex-posant à reprendre la lecture des faits de façon inédite. Alors que de graves difficultés institutionnelles malmenaient profondément les équipes, cette initiative a été reprise avec l’accord de la direction par d’autres éducateurs, à leur manière, dans d’autres lieux de l’institution et d’abord sans en parler à l’intervenante, et a impacté toute l’institution de manière vivante et joyeuse. Elle nous montre comment ce dispositif d’écriture, transposable, demeure une histoire de transfert.

Jean-Pierre Lebrun lie les difficultés de l’action collective à l’intrication de deux problématiques contra-dictoires : « l’abus de pouvoir et les ravages de l’impouvoir », la charybde de la restauration d’un pouvoir pyramidal et patriarcal organisé selon un modèle religieux et la scylla d’une gestion horizontale aux mains des partenaires. Les défaillances à soutenir l’action collective risquent de mettre en difficulté la nécessité d’un fonctionnement démocratique. Un contexte de méfiance à l’égard de toute autorité peut favoriser l’épuisement des dirigeants, et les dirigés ne distinguent plus ce qui fait autorité, chacun étant pris dans le cycle action/réaction et les conduites bureaucratiques. Le burn-out des équipes peut aussi être analysé comme l’absence de lecture de ces phénomènes. L’auteur explore comment la supervision, espace où se découvrent les différentes facettes des personnes accompagnées et des professionnels, s’insère dans cette problématique.

Alors que les professionnels de la relation d’aide sont de plus en plus confrontés à des sujets présentant des déstructurations profondes associées à de graves difficultés sociales et familiales, Claude Allione nous rappelle que cet espace qu’est la supervision permet le déploiement du transfert dissocié, et de donner forme et élaboration à la constellation transférentielle, matrice à partir de laquelle la relation de transfert dissocié de ces sujets peut être traitée. Le pouvoir du superviseur consiste à permettre que cela ait lieu.

La supervision est un espace. Espace de déminage et « entreprise de salut public » qui rouvre le ques-tionnement (Joseph Rouzel) et la bonne curiosité que les modes opératoires, le cycle action/réaction, et la haine de la parole tendent à clore. Un autre des pouvoirs du superviseur est de protéger la parole. « Il doit en être convaincu et tout mettre en œuvre pour cela »(Claude Allione), afin que « ce qui ne cesse pas de ne pas s’écrire trouve enfin une écriture » (Claude Sibony).

Un Article de Catherine Farzat, Psychanalyste et Superviseur d’équipes dans le champ social, médical et médio-social, Formatrice de Superviseurs et d’Intervenants en Groupe d’Analyse de Pratiques Type BalintEn Savoir Pus…

 

Livre : L’analyse de la pratique : à quoi ça sert ?

2015, érès, 403 p. Sous la direction de Jeannine DUVAL HERAUDET

Quel est le dispositif proposé ?

Il nous faut préciser d’emblée ce à quoi correspond pour nous ce terme « analyse de la pratique » qui est un véritable mot-valise. Ce dernier recouvre en effet des dispositifs multiples, lesquels peuvent viser des objectifs différents et se référer à des théories diverses. Je maintiens cependant ce terme car il est en usage dans les différentes institutions mais je précise d’emblée « analyse clinique  de la pratique », en considérant qu’il est alors synonyme de « supervision ». Le mot « clinique » n’est pas anodin car il suppose la référence à la théorie psychanalytique et la mise en œuvre d’un cadre spécifique.

Le dispositif que je propose aujourd’hui aux groupes de professionnels que j’accompagne en tant que superviseur et qui est à l’œuvre dans cet ouvrage se centre sur l’analyse de la relation entre un professionnel et l’enfant, l’adolescent ou l’usager comme il est dit dans le domaine médico-social[1].

En analyse clinique de la pratique, la parole est première et seule véhicule de la pensée. Une posture clinique implique le doute sur les effets de l’intervention sur l’autre, une mise en question permanente. Le professionnel reconnaît et accepte son implication subjective et les effets du transfert au sein de la relation avec celui qu’il accompagne. En s’entendant parler, puis en entendant les résonances que sa parole a provoquées chez l’un puis l’autre participant, une distanciation s’effectue pour le narrateur avec les éprouvés, les affects, les émotions ressentis lors de la situation dont il fait le récit au groupe. Le croisement  des points de vue divergents mais tout aussi subjectifs en provenance de chaque participant permet de faire ouverture dans une situation qui paraissait souvent bloquée. Il devient possible de formuler des hypothèses concernant les déterminants du comportement de cet autre dont il est question et des propositions de pistes de travail diversifiées peuvent émerger au sein même du groupe. Cependant, prendre le risque de sa propre parole dans le groupe requiert des conditions de sécurité. Cette dernière  est garantie par les règles que pose d’emblée le superviseur : écoute de l’autre, écoute  de soi, non-jugement, confidentialité en ce qui concerne les propos personnels. Dans les métiers de l’humain, l’articulation entre l’histoire personnelle et les postures professionnelles sont toujours étroitement intriquées. Le contexte de l’analyse de pratique est professionnel. Les échanges dans le groupe viennent fréquemment faire résonance avec l’intime du professionnel. Une position éthique et déontologique impose cependant de respecter les limites de ce qui est travaillé au sein du groupe et il revient à chaque professionnel de travailler ailleurs et s’il en éprouve le besoin les questions qui touchent l’intime de sa personne.

Comment avons-nous conçu cet ouvrage ?

Psychopédagogue pendant de longues années, accompagnant dans un registre relationnel des enfants ou des adolescents « en difficulté «ordinaire »[2] qui ne parvenaient pas,  en raison de leur  histoire personnelle et/ou familiale à s’inscrire dans les apprentissages de l’école ou dans les règles proposées  par  celles-ci, j’ai éprouvé le besoin du « holding » d’un travail de supervision. J’ai donc vécu cette expérience d’une manière individuelle ou en groupe pendant de nombreuses années, avant même d’envisager occuper un jour la place du superviseur et de me former pour cela. La lecture de nombreux ouvrages m’a conduite à m’interroger : Pour quelles raisons ce sont les superviseurs qui écrivent sur cette  pratique, présentant leur dispositif et l’éclairant de vignettes cliniques ? Ne pourrait-on pas envisager une autre entrée et arrêter de parler au nom des participants qui sont quand même les premiers concernés ? Que cherchent ceux-ci dans ce  dispositif ? Qu’est-ce qu’ils y vivent ? Qu’est-ce qu’ils y trouvent ?  Quels effets peuvent-ils repérer quant à leur pratique professionnelle ? L’idée était lancée mais elle devait faire son chemin. Celui-ci nous a pris deux années entières.

Le passage à l’écrit demande une distanciation supplémentaire par rapport au travail oral habituel en analyse de  pratique. J’ai proposé ce projet à différents groupes de professionnels spécialisés que j’accompagnais depuis un temps suffisant en analyse de pratique pour qu’ils se soient bien approprié le dispositif et pour qu’ils disposent du recul nécessaire pour passer à l’écrit. Des obstacles étaient inévitables, et en premier  lieu le peu de directives données au départ quant à cette écriture.

Quelles étaient les consignes données ?

Mon souhait était de respecter l’implication subjective de chacun et en premier lieu   l’entrée qu’il choisirait.  Une situation pour laquelle il avait été le narrateur ? Son vécu en tant que participant à un moment particulier ou d’une manière plus générale ? Sa perception du groupe dont il a fait partie ? Son rapport évolutif vis-à-vis de ce travail d’analyse ? Les effets éventuels de ce travail d’analyse sur sa pratique ? etc.

Cette subjectivité et cette liberté devaient être également respectées quant à la forme que chacun souhaitait donner à sa trace écrite, celle dans laquelle il se sentirait le plus à l’aise : un texte dont la longueur n’était pas imposée, – une seule page étant possible -, des dessins, une bande dessinée, un poème…

Le positionnement éthique et déontologique qui pose des limites à l’investigation concernant l’intime dans le cadre d’une analyse de pratique professionnelle devait s’appliquer à l’écriture. Chacun était libre de décider des limites de ce qu’il souhaitait transcrire au niveau d’une trace communicable, celle-ci pouvant être lue par des supérieurs hiérarchiques. Cette prise de risque a fait peur à certains qui se sont rétractés quant à une écriture possible de leur part. Pour  d’autres, cette éventualité a été souhaitée et elle a constitué une motivation supplémentaire à écrire : ils allaient enfin pouvoir témoigner véritablement de leur métier et, peut-être, être entendus ?

Chacun devait assumer sa parole et accepter de signer son texte. Accepter également d’être relu par d’autres pour un retour et une éventuelle aide à l’écriture, voire une invitation à approfondir si possible tel ou tel point. Il était posé cependant d’emblée qu’aucune censure ne serait faite quant au contenu. Par contre, comme dans tout écrit clinique, l’anonymat était indispensable vis-à-vis de ceux qui étaient impliqués dans la restitution des différentes situations.

Le peu de consignes préalables a pu en dérouter certains, les déstabiliser, car en rupture avec leurs souvenirs scolaires, universitaires ou leurs mémoires professionnels. Il fallait se risquer à tous les niveaux. Ceux qui ont franchi le pas ont montré que ce pari de départ a permis l’originalité, la diversité et la richesse des écrits.

Trois parties, trois sources principales…

Cet ouvrage est collectif. Ceci ne signifie en aucun cas écriture collective ou en groupe. L’aventure, elle, fut collective. Dans deux parties distinctes au vu de leur appartenance institutionnelle, ont été réunis les textes de professionnels de l’éducation spécialisée. Tous accompagnent des enfants et des adolescents en difficulté. Difficultés scolaires, difficultés d’intégration sociale, difficultés  en lien avec leur histoire personnelle et familiale.

En première partie, des rééducateurs de l’Éducation nationale qui accompagnent des enfants en « difficulté ordinaire ». Ces enfants, élèves d’une classe et d’une école maternelle ou primaire, semblent refuser ou ne peuvent entrer dans les apprentissages, voire dans les règles de l’école. Il s’agit alors pour ces professionnels spécialisés de les accompagner pendant un temps limité de la semaine, en dehors du groupe-classe. Diverses médiations sont proposées à l’enfant pour l’inviter à exprimer  ce qui encombre sa pensée, ce qui fait obstacle, ce qui l’empêche de devenir un élève à part entière, heureux de grandir et d’apprendre, comme les autres. L’intervention se veut préventive, même s’il s’agit déjà de prévention secondaire.

La deuxième partie réunit des textes de professionnels travaillant dans deux ITEP différents – des éducateurs spécialisés et une veilleuse de nuit.  Les enfants dont il est question ont été orientés en ITEP en raison de difficultés qui affectent leur comportement de telle sorte qu’ils semblent avoir besoin, pour un temps, de cet accompagnement plus global. Le cadre et l’organisation spécifiques de l’ITEP deviennent des éléments importants de l’aide apportée par les professionnels.

S’il était nécessaire, la richesse de  ces textes atteste de l’implication et de la professionnalité de chacun de ces narrateurs mais aussi de l’approfondissement et du réajustement  de ses postures professionnelles grâce aux échanges réalisés dans  le groupe auquel il a participé.

J’avais sollicité, encouragé, soutenu l’écriture de chacun. Sous la forme d’une boutade, certains participants m’ont lancé « Et si toi aussi tu écrivais ? » J’avais bien entendu prévu et assumé la responsabilité d’introduire puis de conclure cet ouvrage mais cette  question m’a touchée plus profondément, en écho à ce qu’avance Lacan à propos de l’analyste, lequel se trouve « pressé de déclarer ses raisons »[3]. L’interpellation était pertinente  et légitime. Il me fallait moi aussi apporter mon témoignage. Pour quelles raisons en effet avais-je éprouvé un jour le désir d’occuper cette place, vide de surcroît, si l’on se réfère aux Quatre Discours présentés par LACAN dans L’envers de la psychanalyse ? Quel cheminement m’y avait conduit ? Par quelles étapes étais-je passée ? Mon expérience professionnelle, celle de la supervision en tant que participante, un doctorat en Sciences de l’Éducation, des formations diverses dont un DU en Analyse de la pratique, une longue expérience en formation d’adultes dans le domaine de l’éducation spécialisée ou non, avaient ponctué ce parcours[4]. Pour quelles raisons je soutenais aujourd’hui un dispositif plutôt qu’un autre, pour quelles raisons l’avais-je un peu bricolé à ma convenance, après en avoir goûté et expérimenté d’autres ? De quelle manière je concevais  aujourd’hui de tenter d’occuper cette fonction de superviseur ? En référence aux Quatre Discours et à la place de l’analyste, en tant que « +1 » extérieur à chacun des groupes concernés et à leur institution, la tâche principale du superviseur consiste à poser les règles du jeu puis à s’en porter garant, à soutenir la parole de chacun au sein du groupe et les analyses afin d’aider les professionnels à répondre à leurs propres questions. Cependant le superviseur-funambule est confronté lors de chaque rencontre avec l’imprévu de ce qui va être apporté dans le groupe. Le doute et la remise en question permanentes sont pour lui aussi des postures épistémologiques. Il se soutient de son éthique, de son expérience, de ses savoirs théoriques et de son savoir sur lui-même, de son dispositif et de son cadre que les participants s’approprient peu à peu. Sachant que rien n’est jamais acquis, qu’est-ce que je devais encore et toujours interroger, travailler, afin de pouvoir tenir cette place, afin de tenir le cap, malgré les remous et turbulences institutionnels inévitables ? Quel « holding du holding »[5], pouvais-je trouver pour moi-même ?

Joseph ROUZEL, psychanalyste et Directeur  de Psychasoc[6] a accepté de soutenir cette aventure et d’en écrire la préface. En guise de conclusion à cette présentation, je lui laisse la parole :

«  …Les textes de cet ouvrage feront date. Nous avions jusque-là des témoignages de pratique de supervision ou analyse de la pratique.[7] Mais s’ouvre ici une petite fenêtre sur ce que ce travail produit chez des professionnels. On peut donc juger sur pièces. C’est chose suffisamment exceptionnelle pour être soulignée. Généralement l’espace de supervision est bordé et borné par une obligation de confidentialité à laquelle se soumettent autant le superviseur que les supervisés. Or ici le cercle protecteur s’ouvre sur un autre espace: l’écriture. Sans rien trahir de ce qui s’y déroule, les professionnels qui, non sans un certain courage et une certaine prise de risque, ont produit les textes qui suivent, évoquent et donnent à lire ce qui s’y est mis en jeu  pour eux. Nous sommes dans un temps second, un autre temps, une autre scène. L’espace de la supervision reste clos. Ce qui s’y déroule brille par son absence.  L’écriture, comme dans un révélateur photo, fait apparaître des reliefs étranges, des paysages inconnus; ouvre des rues et des avenues dont on ignorait l’existence… Chacun dans l’après-coup de ces bricolages de parole et d’écriture qu’entraine la supervision,  a jugé bon, tout en se coltinant au collectif, de rendre publique  sa position de sujet. Ce faisant il en endosse la responsabilité, il en répond au sens où « de notre position de sujet nous sommes toujours responsables.[1]» La prise de risque de l’écriture fait relance du désir. Peut-être comprendrons-nous alors, dans cet autre après-coup du lecteur, comment ça s’écrit, supervision… »

Jeannine DUVAL HERAUDET, le 25 août 2017


[1] Articles publiés à ce jour à la suite de la sortie de cet ouvrage : Comprendre ce qui se joue, Revue ASH n° 2973, 2 septembre 2016 ; L’analyse de la pratique : à quoi ça sert ?, Revue VST, n° 135 – 06/07/2017
[2] DUVAL HERAUDET J., 2001, Une difficulté si ordinaire, les écouter pour qu’ils apprennent, Paris : EAP, 373 p.
[3] Jacques LACAN, Janvier 1977, Ouverture de la section clinique, Ornicar ? 9, Paris : Lyse, avril 1977
[4] Un site a été créé pour partage : www.jdheraudet.com
[5] Le terme de « holding a été repris de Dr D.W. WINNICOTT (Fragment d’une analyse, Paris : Payot, coll. Science de l’homme, 330 p.). Claude Allione évoque le holding du holding. Il prend pour exemple un tableau de Léonard de Vinci « La vierge à l’enfant avec Sainte-Anne ». (ALLIONE, C., La part du rêve dans les institutions, régulation, supervision, analyses des pratiques, Encre Marine, 2005, p.) Dans l’esquisse qui a précédé ce tableau, Léonard De Vinci a peint Anne, Marie, et Jésus qui tend les bras à un autre enfant : Jean-Baptiste. Cette esquisse me semble encore plus évocatrice de l’accompagnement éducatif qui vise à aider l’autre à s’inscrire dans le lien social).
[6] Institut européen Psychanalyse et travail Social
[7] A titre d’exemple : Claude Allione, La part du rêve dans les institutions: Régulation, supervision, analyse des pratiques, Les Belles Lettres, 2011; Joseph Rouzel, La supervision d’équipes en travail social, Dunod, 2007;  Claudine Blanchard-Laville et Dominique Fablet (sous la dir.), L’analyse des pratiques professionnelles, L’Harmattan, 2006.
[8] Jacques Lacan, « La science et la vérité », in Ecrits, Seuil, 1966.

   
Vous pouvez échanger directement avec Jeannine DUVAL HERAUDET, Auteur de L’Ouvrage, en utilisant la zone de commentaires ci-dessous

« Les groupes d’analyse des pratiques » : Un livre à lire !

Un ouvrage destinés aux professionnels de l’Analyse des pratiques

Un livre permettant de prendre un peu de hauteur au regard des évolution en cours.

  • Comprendre l’émergence et le développement exponentiel des groupes d’analyse de pratiques aujourd’hui dans les évolutions du monde du travail,
  • repérer la place qu’ils occupent, les rôles qu’ils jouent, les contextes organisationnels dans lesquels ces groupes se multiplient ou au contraire sont empêchés,tels sont les principaux enjeux de cet ouvrage collectif…

Ouvrage de : de Annie-Charlotte, Giust-Ollivier(Auteur), Florence Oualid(Auteur), Collectif(Auteur)

Liens direct sur les pages de l’ouvrage en librairie en ligne:

La pratique du travail social avec des groupes

Présentation de l’éditeur : La pratique du travail social

La pratique du travail social avec des groupes a pour spécificité de s’intéresser simultanément à la personne et à son environnement afin de créer des transformations, évaluées comme nécessaires, dans le champ social et sociétal. Des organismes tels que :

  • la Sécurité sociale,
  • les CAF,
  • les services départementaux
  • ou encore les établissements psychiatriques

ont recours à ce type d’intervention. Pourtant, nombre de professionnels ne sont familiarisés ni à la méthodologie ni aux techniques qui lui sont propres. A l’interface des sciences de l’homme, de la modélisation sociale et de l’approche systémique, cet ouvrage illustré de nombreux exemples explore de façon concrète toutes les facettes de cette pratique : genèse et fondements théoriques, mise en œuvre et démarches méthodologiques. Un éclairage précieux destiné

  • aux travailleurs sociaux,
  • formateurs,
  • étudiants
  • directeurs d’établissement
  • aux partenaires sociaux

souhaitant s’investir dans des projets d’intervention sociale avec des groupes.

Biographie de l’auteur

Hélène MASSA, assistante de service social, a créé l’Association nationale pour le développement du travail social avec les groupes (ANTSG)

Coordonnées

A-FCC Analyse des Pratiques Professionnelles
Adresse principale :
Parc Richelieu - Entrée 7
F-33800 Bordeaux, France
Tel:( 33 9) 54 95 76 84
Fax:( 33 9) 59 95 76 84
E-mail: contact(at)analysedespratiques.com
URL: