Lille, Paris, Strasbourg, Lyon, Marseille, Toulouse, Bordeaux, Nantes, Nice, Toulon…  

Articles marqués avec ‘Equipe’

supervision d'equipes

La Supervision d’équipes comme un laboratoire d’innovation

Ayant travaillé dans le domaine de la prévention et la lutte contre les violences scolaires, après m’être formée à l’accompagnement et la supervision d’équipes et de leurs leaders, j’ai complété ma vision systémique en découvrant les processus de l’intelligence créative et leur mise en œuvre. Mon travail d’enseignante et mon besoin de sens m’ont toujours gardée dans une dynamique d’apprentissage.

Ma référence est aujourd’hui celle de la théorie U dont l’initiateur se nomme Otto Sharmer, chercheur et professeur au MIT – Massachussets Institute of Technologie – célèbre université américaine – que j’utilise en supervision d’équipes.

En quelques mots, il s’agit de combiner intelligence collective, intelligence créative et travail sur soi pour réparer les 3 grandes fractures de notre monde que l’on retrouve fréquemment en chacun.e de nous :

Fracture écologique = déconnexion de la nature

Fracture sociale = déconnexion des autres ou de l’autre

Fracture spirituelle = déconnexion du vrai soi

Pour se faire, il propose un processus très concret qui focalise sur l’ouverture :

> Ouverture d’esprit = curiosité

> Ouverture du cœur = compassion

> Ouverture de la volonté = courage

Car pour lui, cultiver cette ouverture vient contre balancer un mouvement de fermeture générateur des fractures pré-citées et facilement repérable par ses effets néfastes : que ce soit au niveau sociétal, en supervision d’équipes, ou, – en étant honnête avec soi-même – dans nos propres comportements quotidiens.

> Fermeture d’esprit = négation ou ignorance

> Fermeture du cœur = haine ou insensibilité

> Fermeture de la volonté = peurs

Une des fondations du processus est l’écoute « générative », socle de la co-création.

Voici comment sont décrits LES NIVEAUX D’ÉCOUTE sur la base de 20 ans d’expérience des processus de dynamiques et de transformation des groupes par les équipes de chercheurs du MIT.

  1. Écoute automatique : notre écoute se contente de reconfirmer ce que nous savons déjà. Rien de nouveau ne pénètre dans notre bulle.
  2. Écoute factuelle : nous sommes curieux de ce que nous pouvons entendre de nouveau. Cette écoute nécessite d’ouvrir notre esprit, suspendre nos jugements et nos habitudes de pensées
  3. Écoute empathique : nous voyons la situation à travers le regard de l’autre. Cette écoute nécessite d’ouvrir notre cœur, et d’apprendre à utiliser nos émotions et notre cœur comme des organes d’accordage avec le point de vue de l’autre.
  4. Écoute à haut potentiel dite « générative »: nous sommes à l’écoute de l’émergence de notre potentiel futur le plus élevé et nous contenons l’espace pour accueillir le nouveau dans la situation. Cela implique de s’ouvrir à la confiance en son haut potentiel, celui de l’autre et celui de la situation. Il s’agit de maintenir un espace de cocréation, quels que soient les défis, en comprenant que quelque chose de plus important que le « petit je » ou « le petit nous » est à l’œuvre.

Il s’agit par un travail d’attention sur soi, de passer du niveau d’écoute 1 au niveau 4. Il apparait en supervision d’équipes qu’un noyau de personnes ayant l’intention commune d’œuvrer au niveau 4 devient un groupe d’acteurs.trices de changement au sein du système.

Ce travail sur l’écoute est le début du processus du U-Lab. Son but est de faciliter la transformation des systèmes en apprenant au système à se regarder de l’intérieur. Cela implique la même démarche pour chaque individu composant le système, ou tout au moins pour le noyau moteur. Le U est indissociable du « Co ».

  • La 1ère étape sera de co-initier en tenant compte de toutes les parties prenantes.
  • La 2ème étape est appelée co-sentir (co-sensing plus poétique en anglais …). Il s’agit d’observer avec un regard neuf puis sentir la qualité des relations au sein du système.
  • La 3ème étape, inhabituelle pour nous est appelée par Otto Sharmer, « presencing », un combiné de présence et sentir. Apprendre à s’arrêter, suspendre le mental pour écouter au delà du bruit intérieur de nos jugements de valeurs, pensées négatives, peurs, résistances …
  • Alors on peut redémarrer ensemble, cristalliser nos intentions communes et entrer dans l’action à nouveau. Le processus induit de redémarrer en reliant les intelligences de la tête, du cœur et des mains.
  • La 5ème étape sera celle du prototype : sans attendre d’avoir la solution parfaite, nous essayons un nouveau mode opératoire. Il s’agit de se donner la permission de se tromper tout de suite pour pouvoir rectifier rapidement.
  • Enfin, lorsque le prototype est concluant, la dernière étape consistera à le développer dans tout le système.

Pourquoi ne pas envisager la supervision d’équipes sous l’angle  de l’innovation porteuse de transformation personnelle et sociale ?

Pour plus de précisons sur la théorie U,  cliquez ici

En savoir plus sur Dominique Aché Coach, Formatrice, Facilitatrice de Laboratoires d’innovation

communication

Communication quand tu n’es pas là …..

C’est quoi la communication ?

Nombreux sont les professionnels qui prônent cette fameuse communication dans les relations professionnelles mais également dans les rapports interpersonnels au sein des « structures, institutions sociales, médicosociales, sanitaires et toute entreprise ».

D’un point de vue étymologique : communiquer vient du latin COMMUNICARE : mettre en commun, faire part de, partager. La communication est l’action de communiquer de transmettre des informations ou des connaissances à un interlocuteur ou à un groupe.

Pour communiquer chacun sait qu’il faut :
  • Un émetteur,
  • Un récepteur,
  • Un message,
  • Un canal de transmission.

Communiquer est donc une action d’une personne envers une autre. Ce mot action -agir a toute son importance.

Pourquoi est-il important de reprendre les bases de la communication ici et très souvent dans un GAPP ou tout autre type de groupe d’expression de la parole des équipes ?

Dans de nombreux articles, il est fait part de la façon dont nous percevons les choses et dont nous vivons ou éprouvons une situation à caractère professionnelle.

Il m’arrive fréquemment de rappeler lors de la mise en place d’un GAPP les règles qui m’apparaissent nécessaires pour que le groupe fonctionne correctement. Dans ces règles il y a le respect de la parole de chacun, la bienveillance engagée, la confidentialité, et la régularité. Au moins deux de ces règles font appel au principe de la communication : le respect de la parole de chacun et la bienveillance engagée.

Dans un groupe les propos posés autour de la table lors de ces séances, il m’est souvent nécessaire de travailler sur la base de la communication et ses fondements.

La communication ou la non-communication est fréquemment la base des tensions, et des mauvaises interprétations des équipes.

La non-communication : les non-dits :

Je vais illustrer mes propos par un exemple : lors de mes dernières séances un éducateur présente une situation, et nous explique qu’il en a marre. Il a le sentiment d’être toujours obliger de faire des concessions. Je lui demande de préciser les choses et de préciser le contexte. Il s’agit d’un groupe de jardinage qu’il a mis en place dans le foyer, et il fait le choix de prendre en charge des résidants et de leur faire acquérir des compétences : travailler sur le nom des fleurs, organiser les semis, repérer les couleurs ….

Le même jour de l’atelier cet éducateur devait faire un accompagnement extérieur juste avant le début du groupe jardinage. Lors de son retour l’éducateur a constaté qu’une de ses collègues avait débuté l’atelier. Un conflit a éclaté car l’éducatrice a exprimé le fait que le plus important était le plaisir qu’avait pris les résidants à jardiner. L’éducateur en charge de l’atelier jardinage indique que l’atelier a des objectifs pédagogiques, qu’il est préparé et travailler dans un but précis. Dans le groupe d’autres expriment ce même point de vue.

En fait au-delà de toutes les autres problématiques sous-jacentes (une envie de faire le jardinage, une frustration à ne pas le faire, un peu de jalousie et un manque de reconnaissance …), le problème de base réside bien dans le non-dit et l’absence de communication.

Le premier éducateur en charge de l’atelier n’a pas donné clairement ses consignes, le second n’a pas exprimé clairement son envie de participer à cet atelier.

Il s’agissait ici d’un exemple entre deux collègues d’un établissement. Mais dans le quotidien professionnel il est souvent nécessaire de reprendre la problématique de la communication et des ont dits.

Entre ce que je pense, ce que je veux dire, ce que je crois dire, ce que je dis, ce que vous voulez entendre, ce que vous entendez, ce que vous croyez comprendre, ce que vous voulez comprendre, et ce que vous comprenez, il y a au moins neuf possibilités de ne pas se comprendre.

Un travail important autour des enjeux de la communication, du ressenti et de l’interprétation (souvent dangereuse) est donc nécessaire notamment dans les GAPP afin de remédier à cette absence de communication ou une communication biaisée.

Accompagner un changement de paradigme : permettre la communication :

Il est évident que la communication a elle seule peut faire l’objet de plusieurs formations. Toutefois je pense qu’en tant qu’animateur de GAPP nous pouvons régulièrement et de façon pertinente au travers des situations travailler sur la thématique de la communication.

Je reste convaincue que notre travail peut accompagner de véritables changements au sein des équipes. Nous devons rester vigilants pour que les règles soient partagées par tous, tout en étant de véritables facilitateurs dans les groupes.

En Savoir plus sur l’Auteure: Belinda INFRAY
Intervenante en Analyse des Pratiques

GAPP

GAPP – Recherche Intervenant dans les Hautes Pyrénées

Bonjour, MJPM indépendants dans les hautes-Pyrénées, nous sommes à la recherche d’un professionnel pour animer des GAPP au sein de notre association.

Il est important pour nous que le formateur connaisse notre activité et ne la découvre pas au fil des séances.

Nous souhaitons travailler par groupe de 8 voir 10 maximum

Une Association du secteur justice souhaite poursuivre l’activité de son GAPP avec un nouvel intervenant. Aussi, elle publie la présente recherche de prestataire ce 19/12/2018. Vous trouverez donc les éléments de leur demande ci-dessous. Les séances concerne une équipe de huit mandataires judiciaires.

Les associations diffusant des demandes de prestations pour l’animation de GAPP ne pensent pas toujours à nous informer du résultat de leur annonce. Parfois, nous ne savons pas si les demandes ont été pourvues. Dès que nous sommes informés nous le précisons dans l’annonce.

Les coordonnées des Associations en quête de prestataire pour l’animation de GAPP sont accessibles sur abonnement au Portail l’APP. Ainsi, vous publierez également votre fiche de profil dans l’Annuaire du Portail. Alors, les professionnels du secteur: Cadres, Responsables des Ressources Humaine… pourront vous contacter via votre fiche Annuaire.

  • : Hautes-Pyrénées
  • : Analyse des pratiques
  • : justice
  • : ASSOCIATION DE MJPM
  • : Majeurs protégés
  • :

    Nous avions une formatrice mais elle est tombée malade.

  • : oui
  • : Ne sais pas
  • : MJPM
  • : 8
  • : 1
  • : toutes les 5 semaines
  • : 2_heures
  • : 01/02/2018
  • : psychologue | psychothérapeute | psychanalyste | superviseur
  • :
Intervenant en Analyse des Pratiques

Recherche Intervenant en analyse des pratiques ( APP ) – Haut-Rhin

Permettre un espace collectif dans lequel chaque membre de l’équipe pourra être soutenu face à une situation complexe, accompagné dans des pistes ou des ajustements de postures, permettre la réflexion autour des questionnements sur l’aide proposée, son évaluation, son appropriation par les bénéficiaires… Il s’agit donc de travailler sur la dynamique de relation d’aide professionnel- bénéficiaire. 

L’APP permet également de faire équipe et d’analyser cette dynamique au regard des réponses collectives qui doivent être pensées.  

Un Service d’Aide aux victimes cherche un professionnel de l’Analyse des pratiques et a posté cette annonce dans le Haut-Rhin le 13/12/2018. Par conséquent, vous trouverez ci-dessous les éléments relatifs à la recherche de ce service.
Les services qui publient des recherches d’intervenant ne nous informent pas systématiquement lorsqu’ils disposent d’assez d’offres. Si nous disposons de cette information nous l’indiquerons dans le titre de l’annonce.
Pour obtenir les coordonnées des services souhaitant des interventions en analyse de la pratique ou supervision d’équipe abonnez-vous au Portail de l’APP. Vous publierez ainsi votre fiche dans l’Annuaire du Portail. Les Directeurs, chefs de service ou salariés des différents services pourront vous contacter directement.

  • : Haut-Rhin
  • : Analyse des pratiques
  • : justice
  • : Service d'aide aux Victimes d'infrations
  • : Victimes d'infraction pénale
  • :

    Équipe en mouvement : fusion avec une association, arrêt des APP depuis juin 2018,  départs en fin d'année 2018 

  • : oui
  • : juriste, psychologue, travailleur social
  • : 10
  • : 1
  • : 10
  • : 2_heures 30
  • : 15.12.18 - 15.01.2019
  • : psychologue | psychothérapeute | psychanalyste
  • :
crèche

Analyse des pratiques en service pour Mineurs Non Accompagnés – Var

Recherche d’Intervenant pour une association en charge de Mineurs Non Accompagnés:

L’équipe du service Mise à l’abri/Évaluation est à la recherche d’un intervenant pour animer des ateliers d’analyse de la pratique professionnelle. Ces professionnels travaillent auprès de Mineurs Non Accompagnés.

Une Association recherchant un intervenant en Analyse des Pratiques a postée cette annonce dans le Var le 29/11/2018. Aussi, vous trouverez ci-dessous les besoins de cette structure s’occupant de MNA.
Les associations publiant leur recherche de prestataire ne  préviennent pas toujours si elles disposent d’un nombre suffisant d’offres. Donc, si nous disposons de l’information cela est indiqué dans le titre de l’annonce.
Enfin, consultez les coordonnées des associations  recherchant un prestataire en APP, régulation ou supervision d’équipe en vous abonnant au Portail de l’Analyse des Pratiques Professionnelles. A la suite de cet abonnement vous pourrez publier votre fiche dans l’Annuaire du Portail. Ainsi vous serez contactés directement par les responsables associatifs.
  • : Var
  • : Analyse des pratiques
  • : social
  • : Association - Service Évaluation/Mise à l'abri
  • : Mineurs Non Accompagnés
  • :

    Cette demande émane d'une concertation d'équipe

  • : facultatif
  • : Ne sais pas
  • : Travailleur social, psychologue, ethno-psychologue, sociologue, anthropologue et tout professionnel agissant dans le champ du travail social ayant une connaissance sur le public MNA
  • : 7
  • : 1
  • : Mensuel
  • : 2_heures
  • : 01/01/19
  • : psychologue | psychothérapeute | psychanalyste | psychiatre | psychosociologue | sociologue | anthropologue
  • :
crèche

Intervenant en Analyse des pratiques | équipe (s) ITEP- Oise

Objectifs de l’intervention au sein d équipe (s) d’ITEP:

  • Permettre aux équipes d’ouvrir le dialogue, de s’autoriser à dire.
  • Évoquer leurs pratiques, afin de prendre conscience des réalités et, permettre ainsi une certaine analyse.
  • Repérer les dysfonctionnements.
  • Repérer les points forts et les points faibles de l’équipe afin d’améliorer l’accompagnement.
  • Etre dans une véritable dynamique d’équipe.
  • Dans un souci de bien être au travail.
Cette recherche de prestations en APP est postée par un ITEP de L’Oise le 28/112018. Aussi, vous trouverez plus bas les différents éléments relatifs à la recherche de cet ITEP.
Sachez que les établissements sociaux, médicosociaux ou sanitaires qui publient leur recherche d’intervenant ou de prestataires ne nous préviennent pas toujours dès qu’ils disposent de suffisamment de propositions. Donc, quand nous disposons de l’information nous l’indiquons à la fin du titre de la recherche.
Enfin, pour consulter les coordonnées des demandes d’intervention en analyse de la pratique, régulation ou supervision d’équipe vous devez vous abonner au Portail de l’Analyse des Pratiques Professionnelles. A la suite de cet abonnement vous pourrez publier votre fiche dans l’Annuaire du Portail. Vous serez ainsi contacté directement par les Directeurs, les chefs de service ou encore les Responsables des ressources humaines ou une équipe d’ESSMS qui le souhaitent.
  • : Oise
  • : Analyse des pratiques
  • : médicosocial
  • : ITEP
  • : Enfants et adolescents souffrant de troubles du comportement
  • :
  • : ne_sais_pas
  • : non
  • : Educateurs spécialisés, moniteurs educateurs, assistants sociaux educatifs, maitresse de maison a voir pour la participation ou non de la psychologue du groupe et du chef de service éventuellement
  • : 35
  • : 5
  • : 1 séance / mois/ groupe
  • : 1_heure 30
  • : 7/01/2019
  • : superviseur | professionnel_d'expérience du secteur | coach_professionnel | formateur
  • :
Intervenant en Analyse des Pratiques

Intervenant en Analyse des Pratiques (APP) – Manche | Pourvue en offres au 29/11

Objectifs pour l’intervenant:

Les attentes principales de l’équipe sont de pouvoir investir cet espace de réflexion et d’action afin d’ouvrir un nouveau champ des possibles des interventions et d’activer collectivement leur créativité pour débloquer des impasses relationnelles peu propices aux changements.

Cette recherche d’intervenant en Analyse des Pratiques a été postée par un service d’AEMO de la Manche le 28/11/2018 vous trouverez plus bas les différents éléments relatifs à leur besoin.
Prenez en compte que les établissements sociaux, médicosociaux ou sanitaires qui publient leur annonce de recherche d’intervenant ne nous informent pas toujours lorsqu’ils possèdent suffisamment de propositions. Quand nous sommes informés nous le notons à la fin du titre de l’annonce.
Pour consulter les coordonnées des recherches d’intervenant en analyse de la pratique, régulation ou supervision d’équipe vous devez être abonné au Portail de l’Analyse des Pratiques Professionnelles. Cet enregistrement vous permet également de disposer de votre fiche dans l’Annuaire du Portail et d’être contacté directement par les Directeurs, les chefs de service ou encore les Responsables des ressources humaines des ESSMS.
  • : Manche
  • : Analyse des pratiques
  • : social
  • : Services Milieu Ouvert Protection de l'Enfance
  • : Familles
  • :

    Nous sommes un service d'AEMO judiciaire situé dans la Manche (50). Mon équipe se compose de huit travailleurs sociaux, d'un psychologue(qui ne sera pas présente lors des séances).

    Après plusieurs années d'intervention d'un praticien issu d'ici même, il a été très récemment décidé, d'un commun accord, de mettre fin à notre collaboration.

  • : ne_sais_pas
  • : Ne sais pas
  • : Educateur spécialisé, assistant social
  • : 8
  • : 1
  • : 6
  • : 7_heures / 1 journée
  • : 01/02/19
  • : psychothérapeute | superviseur | professionnel_d'expérience du secteur | coach_professionnel | formateur
  • :

    Approche systémique - Jeux de rôle

  • :
Intervenant en Analyse des Pratiques

Intervenant pour Groupe d’analyse de pratique en PMI – Paris Pourvue le 24/10

Bonjour

Je recherche pour l’équipe du centre de PMI dont je suis responsable à mettre en place des séances d’analyse de pratique. Le but serait d’exposer des situations rencontrées qui ont posé problème, qui ont créé de la souffrance et de voir comment on aurait pu y répondre autrement…

Ces réunions réunirait entre 5 et 9 professionnels, à raison d’une fois par trimestre.

  • : Paris
  • : Analyse des pratiques
  • : petite_enfance
  • : PMI
  • : Parents et enfants de 0 à 6 ans
  • :

    A l'heure actuel aucun travail d'analyse des pratiques est en cours sur le centre de PMI.

    Il nous paraît important d'avoir un tiers extérieur qui interviennent pour nous faire voir les choses autrement.

    C'est une demande de l'équipe.

  • : ne_sais_pas
  • : Ne sais pas
  • : auxiliaire de puériculture, infirmière puéricultrice, secrétaire médicale, médecin généraliste, psychologue
  • : 9
  • : 1
  • : Trimestriel
  • : 2_heures
  • : 01/12/2019
  • : psychologue | psychiatre | psychosociologue | sociologue | anthropologue
  • :

Le « savoir » et la parole dans un groupe

A la fin d’une séance de groupe d’analyse de pratiques, alors que des participants répondent à l’invitation du praticien d’en dire les points saillants, un professionnel prend la parole : « on savait déjà tout ce qui a été dit ». Qu’est-ce qu’un savoir dans un groupe, et à fortiori « un savoir que l’on savait déjà » ? Comment un groupe manie et remanie une parole qui ne serait pas du semblant ? En quoi « ce qui se savait déjà », c’est-à-dire ce qui s’est dit en tant qu’affects et positions peut se transformer dans un espace tiers en une analyse des dynamiques qui traversent un groupe ? L’article qui suit vise à donner quelques repères pour cette question du « savoir ».

Le statut du savoir : le sujet-supposé-savoir

Ce « savoir déjà connu » du professionnel et supposé connu de ses collègues, pose plusieurs questions : quel est le statut de ce savoir ? En quoi a-t-il ou non des effets ? Que dit le « déjà tout » ? quels affects implicites relèvent cette réaction ? Qu’est-ce qui ferait différence avec un savoir autre ? Est-ce du savoir ou de l’agir ?

Nous observons dans des groupes traversés de conflits, quelles qu’en soient les causes, des positions réactionnelles de rejet ou de déni que la parole circulante ait des effets. Elles peuvent se manifester en position groupale comme en réaction personnelle. Le déni d’une parole dynamique, c’est-à-dire qui aurait des effets, a pour visée de refouler des incertitudes et de l’angoisse, à les refouler par de l’agir. On l’entend dans la demande de « solutions » du côté de l’agir organisationnel et de décisions techniques. Un processus obsessionnel qui, par la technique et son horizon d’usine à gaz de la décision met à distance le désir et sa dynamique. Le « savoir déjà connu » est à entendre du côté d’un savoir mort en quelque sorte, un « savoir sans dynamique ». Quant au « déjà tout », il bloque une position autour d’une totalité supposée connue. Autrement dit, il ne laisse pas de place à ce qui échapperait précisément à ce qui est connu. En quelque sorte, une partition du travail groupal en « tout ou rien ».

La question du sujet-supposé-savoir met en scène un savoir symptomatique : ce que les participants d’un groupe peuvent s’accorder de savoir, ce sont les manifestations d’affects et de positions qui traversent un groupe et font conflit. La place du symptôme se repère par une scène passionnelle : conflits à rebond, hystérisation des positions individuelles ou hystérisation du terrain institutionnel, lorsque des causes structurelles sont rabattues en sentiments et émotions envahissants. Les causes ne sont alors ni parlées ni analysées. Les dynamiques qui traversent un groupe se fondent sur l’idéal en ce qu’il n’est pas réalisable : le sentiment de cohésion, de complétude ou d’homéostasie (« une bienfaisante inertie »), les valeurs auxquelles des personnes s’accordent mais qui recouvrent des réalités différentes, des représentations individuelles des métiers, du travail et des situations , ou au contraire des représentations communes. On s’intéressera à la plasticité des représentations communes, en ce qu’elles peuvent s’élaborer, se remanier, ou au contraire se figer, en quelque sorte « gravées dans le marbre ». La plasticité des représentations véhiculées par la parole circulante, a des effets sur un espace de négociation dans lequel des personnes pourront jouer de la différence, de la singularité entendue et reconnue, et dessiner une cartographie aisée de la parole circulante. Un espace de négociation étroit, voire mimétique renvoie à ce que des paroles singulières sont reçues comme mettant à mal la cohésion groupale. C’est-à-dire un fantasme de mimétisme recouvrant des réactions ou positions individuelles défensives ou conflictuelles.

Une parole qui ne serait pas du semblant

S’il entre en conjonction avec la subjectivité individuelle, le jeu social ne s’assimile pas à l’intime de la personne. Par jeu social, nous entendons ce qui se joue entre les membres d’un groupe, dans le contexte d’une institution. Pour le dire autrement, la parole ou la position d’un individu procède d’une adaptation, d’un compromis ou d’une négociation avec ce qui apparait comme « position ou affect de groupe ». Le groupe en tant qu’entité idéale ou tenue comme telle ne produit pas d’affects, car l’entité groupale en tant que totalité affective1 relève d’une abstraction. L’affect de groupe résulte d’un affect communément reconnu par les membres d’un groupe comme leur affect personnel et c’est parce qu’il y a affect mimétique qu’il a le statut d’affect de groupe. Le savoir d’un groupe est mobilisable dans les limites des affects et positions négociables entre personnes, c’est-à-dire d’un savoir placé au centre du groupe dans lequel les participants se reconnaissent « dans notre groupe, on sait que… », et un savoir aux limites du groupe « Jean pense que… C’est son point de vue ». Il y a donc aussi un savoir singulier qui n’est pas incorporé à celui du groupe, un savoir différent, ou en rupture. De son savoir, et à fortiori d’un savoir des affects, un groupe procède par aménagement des discours, et donc de tensions dynamiques entre des protections individuelles et des positions hors du discours groupal mimétique en ce qu’elles circulent dans un espace de négociation implicite ou explicite2.

En savoir plus sur Marc Lasseaux – Praticien-superviseur


1 – Exemple « on ressent tous la même chose » s’entend comme perception à laquelle s’accordent plusieurs membres d’un groupe, avec ses effets de soulagement de la solitude ou de l’angoisse individuelle.
2 – Par espace de négociation implicite ou explicite, on se réfèrera pour l’implicite au tabou (« chez nous on ne parle pas de… » ou encore « ça, c’est réglé une bonne fois pour toutes », ou ce qui convoque le silence, la gène, le malaise. Un espace de négociation explicite a trait aux règles consenties et à ce qui structure le travail groupal avec des limites à ce qui est acceptable et toléré.

crèche

Intervenant en supervision d’équipe – Doubs

Objectifs de la Supervision d’équipe

  • Prise de recul de l’équipe
  • Cohésion d’équipe
  • : Doubs
  • : Analyse des pratiques | Régulation d'équipe
  • : education
  • : Accueils de loisirs
  • : 3-17 ans
  • :

    demande de l'équipe et des dirigeants

  • : oui
  • : non
  • : Animateur
  • : 20
  • : 2
  • : 5
  • : 2_heures
  • : 15/01/2019
  • : psychologue | psychosociologue | psychopédagogue
  • :

Coordonnées

A-FCC Analyse des Pratiques Professionnelles
Adresse principale :
Parc Richelieu - Entrée 7
F-33800 Bordeaux, France
Tel:( 33 9) 54 95 76 84
Fax:( 33 9) 59 95 76 84
E-mail: contact(at)analysedespratiques.com
URL: