Skip to main content
Lille, Paris, Strasbourg, Lyon, Marseille, Nice, Toulouse, Bordeaux, Rennes…
Plus de 460 Professionnels au service des Equipes

Recherchez dans les articles

Du GAPP aux GAPP: secrets partagés entre professionnels (Chapitre 1)

Secret partagé GAPP

Au cours des GAPP (Groupes d’Analyse des Pratiques professionnelles), nous sommes souvent témoins de secrets partagés. En effet,  les professionnels peuvent décrire comment ils/elles « dévient », par rapport aux prescriptions et attendus de leur structure, aux normes habituelles de leurs métiers, à ce qu’ils avaient initialement prévu ou encore par rapport à ce qu’ils pratiquent habituellement. Nous avons choisi d’appeler également «GAPP» ces « Gestes d’Ajustements, Professionnels et Partagés ».

Travail social et secret partagé.

Comme le précise le Haut Conseil du Travail Social [1], la notion de « secret partagé » n’existe pas dans la loi et il s’agit d’un abus de langage. Cependant, la loi autorise le partage d’informations à caractère secret  par  les professionnels, dans des cas, relativement nombreux, dont elle précise les finalités, les circonstances et le périmètre.

Au titre de l’action sociale et médico-sociale, il s’agit de partager certaines données personnelles relatives aux personnes accompagnées, à caractère secret. Ce partage répond à des buts restreints, entre certains acteurs, à certains moments, notamment dans le cadre de commissions et autres instances partenariales. Ce partage se fait avec discernement et tact, de façon :

  • Proportionnée aux enjeux, ni insuffisant (en refusant sans justification de communiquer une information essentielle) ni excessif (en dévoilant des données non nécessaires ou en ajoutant des commentaires),
  • à respecter la vie privée, la dignité, la singularité, l’intimité des personnes concernées, et à favoriser leur capacité d’agir et leur autonomisation.

Des secrets qui concernent les professionnels eux-mêmes:

Ainsi, de la même façon que des professionnels peuvent partager ce type d’informations concernant les personnes qu’ils accueillent, les GAPP, au sens premier, permettent l’échange de secrets partagés qui concernent les collègues participants.  Ces secrets portent sur des agissements que nous préférons nommer “ajustements”. Ainsi, nous voulons valoriser ces comportements,  individuels ou collectifs, qui peuvent être jugés « limites » ou dysfonctionnant, en marge des pratiques référencées ou habituelles. En effet, nous souhaitons éviter qu’ils entraînent des sentiments de culpabilité, voire des sanctions si ces agissements étaient révélés autrement. Au contraire, ils illustrent souvent la capacité d’observation et d’adaptation des professionnels, donc leur expertise.

Nous donnerons quelques exemples types, entendus sur des années d’animation de GAPP avec différents publics professionnels. Ensuite, nous reviendrons sur une discussion autour des différents termes travaillés ici : geste (professionnel), ajustement, partage. Nous préférons employer le terme de discussion plutôt que définition. Ainsi nous pouvons insister sur le fait que les notions évoquées présentent différentes facettes, selon les points de vue, qu’il nous intéresse ici de confronter. Chacune de ces discussions fera l’objet d’un nouveau “chapitre” de cette « série » consacrée aux GAPP évoqués en GAPP.

Quelques exemples de “secrets partagés”

  • Un.e aide à domicile donne une douche le dimanche, non prévue dans son protocole de prise en charge.
  • Un.e psychologue prend des nouvelles de patients de sa propre initiative, hors séances.
  • Des employés d’un espace de restauration collective récupèrent des repas non pris et voués à la poubelle pour les apporter à des SDF.
  • Un.e aide-soignant.e prend dans ses bras certains résidents en demande de proximité affective.
  • Un.e Travailleur.se social.e aide financièrement, de sa poche, une personne que la fin de prise en charge laisse sans aucune ressource.
  • Un.e enseignant.e modifie ses notes dans les bulletins trimestriels afin d’encourager des élèves en difficultés..
  • Un moniteur d’atelier prête des outils pour une utilisation hors établissement.

Thierry MULINCette liste de « gestes professionnels », tels que nous allons les définir dans le deuxième chapitre, est non exhaustive et chacun des GAPP que nous animons, au sens premier, peut l’alimenter.

Nous n’avons retenu ici, volontairement, et pour éviter tout traçage éventuel qui dérogerait à la nécessaire confidentialité des échanges, que des cas « types » que chaque récit contextualisé personnalise et nuance.

A suivre dans le chapitre N° 2, une discussion autour de la notion de « geste…  professionnel ».

 

Thierry MULINFormateur, Coach, Animateur GAPP/Régulation, Conférencier

SOMMAIRE


[1] Pour partager en toute sécurité, vérifier les limites et les conditions à respecterHaut Conseil du Travail Social

Crédit photo : Photo par Mohamed Hassan formulaire PxHere

GAPP, Secret partagé