Lille, Paris, Strasbourg, Lyon, Marseille, Nice, Toulouse, Bordeaux, Rennes…
Plus de 200 Professionnels au service des Equipes
Retour aux ≠ approchesCette approche vous est proposée par un(e) voire plusieurs intervenant.e.s du Portail de L'Analyse des Pratiques.

G.E.A.S.E. & Analyse des Pratiques

G.E.A.S.E. GEASE

Groupe d’Entraînement à l’Analyse de Situations Educatives

C’est une démarche méthodologique d’écoute dans un cadre aidant et non contraignant, un apprentissage à la verbalisation des situations et des ressentis, dans le respect absolu des personnes.

Le G.E.A.S.E permet de mobiliser les intuitions et la créativité d’un groupe de personnes autour d’une situation particulière.

Il consiste en un protocole de discussion permettant à un groupe restreint (max. 10 personnes) d’élaborer des pistes concrètes pour planifier un projet ou surmonter des obstacles.

FONDEMENTS ET PRINCIPAUX CONCEPTS DU G.E.A.S.E.

L’approche est plutôt réflexive et pédagogique, centrée sur les situations d’accompagnement et éducatives.

Pour le GEASE, le premier ancrage c’est l’implication du narrateur et le travail sur le récit. Le premier bénéficiaire c’est celui qui apporte son histoire.

L’objet d’analyse sera le travail d’implication personnelle, la relation de contre-transfert entre l’accompagné et l’accompagnant.

Pour le GEASE, l’ancrage spécifique fort est la multiréférentialité reliée à une pratique réflexive basée sur la force et la diversité du groupe.

L’intérêt de la méthode réside dans l’utilisation de la richesse du groupe et son soutien pour éclairer la situation exposée par un collègue, et de jouer sur la multiplicité des regards des autres participants.

L’animateur (facilitateur/conducteur) est garant du cadre sécurisant et bienveillant en veillant à :

  • L’exploration des cinq champs d’analyse (pédagogique, didactique, institutionnel, sociologique, psychologique),
  • Au strict respect des quatre phases, avec des règles de conduite et des rôles parfaitement définis pour chacun. 

LA MISE EN ŒUVRE DU G.E.A.S.E. AU SEIN D’UN GROUPE DE PROFESSIONNELS

En GEASE, le groupe est donc une « organisation apprenante » et a une fonction de régulation. Il est basé sur quatre règles de fonctionnement essentielles :

  • Confidentialité des échanges
  • Droit de non réponse du narrateur
  • Relation de confiance (écouter et comprendre et non juger)
  • Acceptation du cadre et implication

Le groupe va travailler à partir de ses propres ressources ; il s’agit de comprendre une pratique et de s’entraîner à produire des éléments de compréhension en utilisant la multiréférentialité du groupe.

L’animateur présente ces objectifs, définit quel sera son rôle dans le groupe et décline les différentes phases.

La durée totale d’une séance est d’environ 2h30 à 3h et la durée du G.E.A.S.E proprement dit sur l’ensemble de la séance est de 1h30 à 2 h.

 Phase d’initialisation

 Le facilitateur présente l’ensemble du dispositif et les indications qui figurent en préambule.

  • Chaque participant peut présenter en quelques mots brefs une situation qu’il souhaite soumettre au groupe. Celle-ci doit être assortie d’une question qui précise la demande.
  • Le facilitateur, avec le groupe, choisit alors une situation qui sera l’objet du GEASE proprement dit.
  • La personne choisie est appelée le narrateur dans les phases décrites ci-dessous.

1e phase : Narration d’un moment de pratique par un participant (10-20 min)

  • Le narrateur se place en face du groupe.
  • Il expose en détails la situation.
  • Il n’est pas interrompu durant cette phase.
  • Les autres participants observent et écoutent attentivement. Ils peuvent également observer le langage non-verbal.
  • Le conducteur est garant du cadre et n’intervient, en principe pas.
  • A la fin de l’exposé, le conducteur invite le narrateur à formuler la “bonne” question qu’il soumet au groupe.

2e phase : Questionnement du narrateur par le groupe (20-30 min)

Les questions porteront sur 5 champs : pédagogique/didactique/institutionnel /social/psychologique.

  • Les participants du groupe mènent l’enquête pour comprendre les tenants et aboutissants de la situation.
  • Ils posent des questions ouvertes au narrateur.
  • Ils ne formulent aucune interprétation, aucun jugement ou appréciation (même positive).
  • Le narrateur peut choisir de ne pas répondre aux questions qui génèrent chez lui un malaise.
  • Le facilitateur est garant du cadre et doit être particulièrement vigilant. Il peut également poser des questions pour éclairer la situation.

3e phase : Formulation des hypothèses (30-40 min)

But de ce travail : multiplier les éclairages sur le cas.

  • Le narrateur n’a pas la parole dans cette phase, mais il est invité à prendre des notes.
  • Tour à tour, les participants sont invités à formuler des propositions en distinguant le mieux possible :
  1. des hypothèses explicatives de compréhension de la situation,
  2. un inventaire des possibles dans la situation,
  3. des propositions concrètes.

4e phase : La construction (5 min)

  • Le narrateur reprend la parole.
  • Les autres participants se taisent.
  • Le narrateur choisit les éléments qu’il retient dans les prises de parole faites au point 3. 

Phase d’analyse globale du processus d’apprentissage (10-15mn)

Le facilitateur reprend alors la parole pour exprimer ses observations sur la manière dont le processus s’est déroulé. Il renvoie aux uns et aux autres une image de ce qu’il a perçu (relations, prises de parole, dynamique, émotions, processus, etc). Son mandat est de relever les contre-sens, les collusions, les alliances, les oppositions, etc.

Il encourage tous les participants à s’exprimer librement, sur le fond (ce que lui a appris le cas) comme sur la forme (travail du groupe, intérêt du dispositif et critiques possibles).

  • Qu’est-ce que je peux pointer d’important pour moi ?
  • Quelles questions je me pose ?
  • Qu’est-ce que je vais mettre en place ?

Les participants sont invités à opérationnaliser rapidement leurs idées pour un suivi concret.

EFFETS ET POINTS FORTS DU G.E.A.S.E.

Le GEASE cherche à développer des compétences à l’analyse et faire acquérir des connaissances par l’entraînement à l’analyse en décomposant en plusieurs éléments, afin de rechercher des savoirs cachés dans l’agir.

Le GEASE permet d’améliorer son système d’actions, il vise à la transformation des personnes, des habitudes, des groupes, des équipes, des institutions. C’est un puissant moteur de développement professionnel et personnel.

Les objectifs visés :

Le GEASE se centre sur la situation éducative et son fonctionnement en plus de la pratique professionnelle. L’objet de travail est l’intrication du personnel et du professionnel. Il prend en compte les différents axes (ou dimensions) structurant la situation, la dimension psychologique ou personnelle, la dimension de groupe, la dimension institutionnelle. L’inconscient n’est pas l’objet de travail.

Le travail du groupe porte avant tout sur l’analyse, le changement de regard.

Tout le travail se fait dans le groupe et par le groupe.

Chaque participant doit s’investir, il a la triple obligation de donner, recevoir, restituer.

Le groupe accompagne la personne par rapport à son projet ou son ressenti d’une situation. Il devient une organisation apprenante, l’objectif est de développer des compétences à l’analyse plus qu’à la recherche de solutions. On cherche à élargir son champ de vision, son prisme, sa « carte de référence ».

POINTS DE VIGILANCE SPECIFIQUE DANS LA MISE EN ŒUVRE

L’animation d’un GEASE requiert des compétences de conduite de réunion, de vigilance décontractée, de formateur confiant dans l’éducabilité du groupe, de fermeté pour la protection des personnes. Il doit être formé à l’écoute.

L’animation repose aussi sur des attitudes éthiques pour traiter le surgissement d’imprévus et en assumer les conséquences, de loyauté vis-à-vis des commanditaires.

Les participants acceptent la position d’apprenant par l’action et par le groupe. Chacun doit s’engager dans le processus d’apprentissage et s’investir dans le groupe.

Des bilans réguliers sont à prévoir dans le groupe mais également avec les commanditaires.

ORIGINE DE LA METHODOLOGIE DU G.E.A.S.E.

Le G.E.A.S.E est un outil d’analyse de pratiques pensé puis élaboré par Yveline FUMAT et Jean-Bernard PATURET, de l’Université Paul Valéry de Montpellier, en 1992.


Un texte de:

Anne DONGUY, Intervenante en Analyse des Pratiques et Formatrice   | 06 60 89 73 66 | annedonguy@osmosan.fr

G.E.A.S.E., GEASE

Coordonnées


A-FCC Analyse des Pratiques Professionnelles
5 allée de Mouettes - F-33500 Libourne, France
Tel:+33(0)6 62 78 25 67
E-mail: contact(at)analysedespratiques.com
URL: