S'enregistrer - Perdu ?          
analyse de la pratique
samedi, 21 novembre 2015 09:43

Choisir un superviseur pour des séances de supervision d'équipe ou d'analyse des pratiques

Écrit par 
Notez cet article
(0 Votes)
En pratique, les dirigeants d’institutions, lorsqu’ils font appel à de la supervision, consultent plusieurs praticiens. Les équipes les rencontrent et donnent leur avis ou consentement à propos du superviseur choisi. Si ce processus est communément admis et institué, nous en relevons quelques points clés d’un choix de superviseur dans l’article qui suit.

L’analyse des demandes de supervision et d’analyse des pratiques parues sur le site se réfèrent à :

  • Un but. On l’appellera « l’adresse » au praticien. C’est-à-dire ce qui lui est adressé comme demande explicite et demande sous-jacente.
  • Un cadre de référence. Il inclut une typologie de praticiens et selon les praticiens pressentis, une position éthique et clinique, une technique.
  • Des modalités : l’amplitude, le rythme, la durée des séances, les groupes de professions inclus dans le projet de supervision

L’adresse.

Si la « famille des psy » est majoritairement sollicitée, elle n’est pas exclusive de l’adresse. Les coaches, experts et intervenants issus de la formation ou du conseil y trouvent également place. La « famille des psy » présente de l’hétérogénéité. Un(e) psychiatre n’opère pas avec le même référentiel qu’un(e) psychologue clinicien(ne), ou encore un(e) psychanalyste, voire un(e) psychothérapeute. Ils et elles ont en commun de travailler avec la psyché d’un autre. Toutefois, leur position éthique et clinique varie, non seulement en raison du cadre dans lequel chacun(e) travaille, et aussi parce que la position professionnelle résulte d’une pratique personnelle et d’une réalité : un(e) professionnel(le) est aussi un sujet désirant (ce qu’il ou elle veut pour l’autre).

On ne peut pas exclure cette question qui frotte, ou qui gratte. Si des psy n’avaient aucun désir pour l’autre, ou ils seraient installés dans la toute puissance, ou opéreraient dans la demande de supervision / analyse de pratiques par besoin marchand et non par désir. Qu’un psy (ou un praticien autre) ait encore du désir pour l’autre, ne serait-ce que le désir d’écouter l’autre, humanise sa position et aménage la rencontre entre des subjectivités.


J’en viens à ce qui est adressé. Dans bien des cas, c’est la mise à distance du quotidien du Travail et de la prise en charge qui légitime une demande de supervision ou d’analyse des pratiques. Le Travail au quotidien se présente en un agir fragmenté, immédiat, parfois éclaté ou conflictuel (conflit de valeurs, de priorités, de loyauté), des obligations et des injonctions. Le Travail au quotidien c’est aussi ce qui se répète, ce qui fait ligne de fuite ou au contraire butée des « problèmes ».

C’est-à-dire de ce que des sujets n’arrivent pas à résoudre (butée) ou ce qu’ils ignorent ou refoulent (ligne de fuite). Ce qui fait fuite ou butée est l’objet de jouissance - souffrance dans les équipes. Jouissance observable par la recherche de soulager des tensions (phénomène de cause finale qui explique le Tout, recherche d’un bouc émissaire, décharge affective par la critique systématique ou une position agressive). Souffrance par la circulation des tensions, chacun(e) s’estimant victime de l’autre ou des autres, de la hiérarchie ou de l’institution lorsque les conflits se transportent dans le fonctionnement quotidien.

Dans l’écoute de l’adresse par un superviseur, un questionnement du cadre institutionnel est nécessaire, car la Société donne mission et délégation à des institutions médico-sociales ou sociales de s’occuper de ce pour quoi elle a échoué, n’a pas de réponse politique ou sociale, ou encore requiert un cadre spécifique à la prise en charge. L’adresse peut être accueillie comme contenu et point de départ de la relation.

La place de l’expert, demande ambivalente.

Dans l’observation de la demande, l’adresse faite au praticien relève dans certains cas d’une expertise.  J’y trouve une confusion ou une demande fusionnelle cachée :

  • La demande fusionnelle se situe du côté du mimétisme et d’une demande qui va « éteindre le désir ». On sera entre soi, entre gens de connivence, ce qui augure d’une position du superviseur par un « je sais comme vous », ou encore un « je suis comme vous » qui aplanira une chance perçue comme un risque que ça gratte, ça parle, ça aille hors du mythe groupal ou institutionnel.
  • Dans la confusion, se trouve un choix non effectué. Est-ce que l’institution place la demande du côté de la formation, avec ses codes, sa démarche contrôlante et son rapport à un savoir normalisé ?
    L’analyse de pratiques
    vise-t-elle « des bonnes pratiques », c’est-à-dire encore la norme, ou à mettre au travail dans une équipe des représentations sociales et subjectives hétérogènes, des désirs, des affects, du Nom symbolique de chaque fonction instituée et pas seulement l’opérationnalité de la fonction dont le rapport à l’imaginaire est au professionnel ce que le GPS est au conducteur de véhicule ?
Marc LASSEAUX

dans l'annuaire du site pour en savoir plus.

Contacter l'auteur par Email: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Laissez un commentaire

Dans l'annuaire du Portail

Titre principal:
Superviseur

Région(s) d'intervention:
Bourgogne|*|Champagne-Ardenne|*|Rhone-Alpes

     

A-FCC Analyse des Pratiques Professionnelles
Adresse principale :
12 Square de Slovaquie
F-35200 Rennes, France
Tel:( 33 9) 54 95 76 84
Fax:( 33 9) 59 95 76 84
E-mail: contact(at)analysedespratiques.com
URL:

Ce site internet vous a plu !

Vous représentez une association ou un organisme de formation.

Faites réaliser, refondre, administrer ou animer votre site web par des professionnels du secteur.

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Si vous souhaitez désactiver les Cookies il vous faut paramétrer votre navigateur.

Quelques explications:

Les pricipaux cookies suseptibles d'être déclanchés par le site sont la conséquence des boutons de partage via les réseaux sociaux, d'un enregistrement dans l'espace membre ou d'une géolocalisation.